Une première pour le site des Chaumes Boissières !

Date de l'actualité: 
12/07/2017

Le grabuge du côté de la combe d'Anqueville à Graves-Saint-Amant (Charente) n'a pas échappé à certains. Mais que se trame-t-il donc dans le secteur ?

En arrêtant de tondre votre jardin, vous constaterez que des buissons et autres arbustes vont supplanter rapidement votre gazon. Ce phénomène est appelé « succession naturelle ». Il s’opère spontanément sous nos latitudes tempérées et conduit, à terme, à la constitution de forêts.

Le massif des Chaumes Boissières n’échappe pas à cette règle de la nature. Ses paysages ont été façonnés par les pratiques de nos aïeux, traditionnellement orientées vers de petites exploitations de type polyculture-élevage-vigne qui garantissaient un entretien fin du territoire. Les conditions locales de sol et de climat, couplées aux pratiques pastorales traditionnelles ont permis localement l’installation de milieux rares : les pelouses calcaires.   

Pelouses calcaires - A. ORSEAUUne strate herbacée rase, abondamment fleurie et piquetée de quelques buissons : les pelouses calcaires, ou « chaumes », sont familières des paysages charentais. Elles évoluent sur des sols calcaires, secs et pauvres en éléments nutritifs. Ces caractéristiques leur confèrent un grand intérêt biologique : la flore originale et spécialisée qui s’y développe accueille tout un cortège de papillons, criquets, reptiles etc. Ces milieux, source d’évasion du fait de leurs analogies avec les garrigues méditerranéennes, sont pourtant menacés du fait de la « succession naturelle ». Elles disparaissent au profit de la forêt du fait de l’abandon des activités pastorales.

 

La Sabline des Chaumes - E. CHAMPION

La discrète et délicate Sabline

La Sabline des chaumes (Arenaria controversa) est une plante annuelle de petite taille appartenant à la famille des caryophyllacées. Elle se développe en colonies sur des pelouses calcaires très écorchées et l’on peut l’observer d’avril à juin, parfois en très grand nombre lorsque les conditions météorologiques sont favorables. Cette espèce est une endémique française qui n’existe dans le monde que de dans le centre-ouest de la France, ce qui lui vaut son statut de protection national. Le fait qu'elle ait été identifiée sur les parcelles d'Anqueville, tout comme d'autres espèces tout aussi intéressantes, a conditionné les opérations de restauration : malgré des interventions qui peuvent sembler assez lourdes et impactantes pour les milieux, ce chantier a été réalisé en tenant compte des exigences écologiques des espèces en présence. La période d'intervention a, par exemple, volontairement été choisie en dehors de la période de reproduction de la faune et de la flore. Aux prochains printemps, les milieux ainsi entretenus pourront alors pleinement s'exprimer et jouer leur rôle d'habitat.

Afin de remédier à cette situation et de faire en sorte que les espèces et habitats rares et menacées se perpétuent, les acteurs locaux et les services de l’Etat ont proposé dans les années 2000, que le massif intègre le plus vaste réseau européen de sites naturels préservés, Natura 2000. Des financements sont ainsi proposés, sur la base du volontariat, aux propriétaires pour réaliser des opérations favorables à la biodiversité, comme par exemple la réouverture de milieux embroussaillés. Ce dessein à rapidement touché une propriétaire du massif qui, consciente du remarquable patrimoine naturel dont elle a aujourd'hui la charge, a décidé de s’engager dans un Contrat Natura 2000 fin 2016.

Un programme de restauration des pelouses calcaires a alors été élaboré par la LPO, la structure qui porte Natura 2000 sur le massif des Chaumes Boissières. Après validation technique et financière par les services de l’Etat, les travaux ont débuté en février 2017 par le bûcheronnage et le débroussaillage de 4 000 m² de pelouses.

L’objectif est de « rajeunir » la végétation afin d’obtenir un couvert herbacé bas dominant, le plus intéressant sur le plan patrimonial, tout en maintenant une partie des formations arbustives pour conserver une mosaïque de milieux différents, favorable à la biodiversité.

Travaux de réouverture de milieux :

 L'ensemble de ces travaux est financé en totalité par l'Union Européenne et l'Etat français

 

Merci aux propriétaires qui ont choisi de s'engager dans cette démarche de préservation
de ce bien commun qu'est notre patrimoine naturel, une première pour le site Natura 2000 des Chaumes Boissières

Merci également aux entrepreneurs charentais qui ont réalisé ces opérations